milieux humides

des infrastructures naturelles

Les zones humides sont définies comme étant des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année » [article L.211-1 du code de l’environnement]

Des études et travaux ont permis de mettre en évidence que leurs fonctions hydrologiques, biogéochimiques et biologiques font des zones humides, des infrastructures naturelles essentielles : elles contribuent au fonctionnement et au bon état écologique des milieux aquatiques. Elles offrent aussi naturellement des services nécessaires ou utiles aux activités humaines dans les territoires qui les abritent.

L’EPAGE envisage en 2022 la réalisation d’un Plan de Gestion Stratégique sur l’ensemble de son territoire pour une mise en œuvre d’actions de préservation et de restauration dès 2023 et ainsi préserver ses fonctionnalités.

Auparavant mal connues, deux tiers d’entre elles, en France Métropolitaine ont disparu au 20ème siècle. Les menaces en sont multiples : urbanisation, prélèvement d’eau, l’industrie, l’agriculture, l’aménagement des cours d’eau etc.

LES Préserver et restaurer, c’est donc agir sur …

■ Le changement climatique car, elles favorisent le stockage de l’eau dans les nappes phréatiques, soutiennent les débits des cours d’eau, contribuent à la production du fourrage en période estivale, fournissent des îlots de fraîcheur pour les milieux et les espèces et participent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

■ Le ruissellement et se protéger contre les crues car, en période de crue, les zones humides participent à la réduction de l’intensité et fréquence des inondations par ses fonctions de stockage partielle ou temporaire du ruissellement.

■ La qualité de l’eau car, elles jouent un rôle naturel d’autoépuration (processus biologiques, chimiques, et physiques éliminant les substances polluantes présentes dont l’azote et le phosphore) et améliore ainsi la qualité de l’eau.

■ La biodiversité car, d’innombrables espèces animales et végétales sont inféodées à ces milieux. Certaines vivent exclusivement en zones humides, d’autres y trouvent refuge, s’y nourrissent et/ou s’y reproduisent.

■ L’identité paysagère car, elles offrent et soutiennent le développement d’activités socio-économiques telles que la pêche, l’éducation à l’environnement, l’agriculture etc.

Pour connaître toutes les actualités des milieux humides : inscrivez-vous à la newsletter du Pôle Milieux humides Bourgogne-Franche-Comté